MAKALU PROJECT

Background and story 

A family legacy of travels and rocks / Un héritage familial nomade et minéral

In 1954 and 1955, my great-uncle Pierre Bordet, geologist, joined French mountaineering expeditions to Nepal. The objective of these expeditions, mandated by the French government, was to reach the summit of Makalu, 8463m, fifth highest mountain in the world. While the alpinists successfully reached their goal on May 16th, 1955, my great-uncle was one of the first geologist to map parts of the Himalayan mountain range. His trips to Makalu initiated over 20 years of geological research and mapping expeditions across the Himalayan range, in Nepal and Afghanistan. His travel notes, as well as hundreds of photographs are part of my family legacy.

En 1954 et 1955, mon grand-oncle Pierre Bordet, géologue, se joignit à des expéditions d’alpinisme au Népal. Le but de ces expéditions, mandatées par le gouvernement français, était de gravir le Makalu, 8463 m, cinquième sommet le plus haut du monde. Tandis que les alpinistes atteignaient leur but le 16 Mai 1955, mon grand-oncle était l’un des premiers géologues à cartographier certaines parties de la chaîne himalayenne. Ses expéditions au Makalu marquèrent le début de 20 ans d’exploration géologique de ces montagnes, au Népal et en Afghanistan. Ses notes de voyage, ainsi que des centaines de photographies, font partie de mon héritage familial.

In April 2019, I traveled to Makalu base camp on the tracks of my great-uncle. Being a geologist myself, I could only appreciate the huge logistical and scientific challenges my great-uncle and his team had to face over sixty years ago. From my travel experience, I brought back my own stories, photographs, and a series of sketches.

En Avril 2019, je me suis rendue au camp de base du Makalu sur les traces de mon grand-oncle. Étant moi-même géologue cartographe, j’ai pu apprécier les difficultés techniques et scientifiques auxquelles mon grand-oncle et son équipe avaient été confrontés plus de soixante ans auparavant. De ce voyage, j’ai rapporté mes propres histoires, des photographies, ainsi que des dessins.

The Makalu graphic novel project / Un projet de bande dessinée

I have always loved reading graphic novels. A few years ago, I decided I also wanted to draw them, so I took several courses in order to learn the techniques behind this particular art form. I completed graphic novel and illustration classes at Emily Carr University in Vancouver, BC. I also followed a week-long training at the Center for Cartoon Studies in Vermont, USA. By then, I still didn’t have a specific project idea in mind, until I realized that Pierre Bordet’s travel notes constituted the basis of a script, which I could complete and illustrate using my own experience.

J’ai toujours été passionnée de bande dessinée, et depuis quelques années, j’ai suivi plusieurs formations afin d’apprendre les techniques de réalisation de cette forme artistique particulière. J’ai notamment pris des cours de bande dessinée et d’illustration à l’université Emily Carr de Vancouver. L’été dernier, j’ai suivi un stage d’une semaine au Center for Cartoon Studies au Vermont, USA. Je n’avais pas vraiment de projet en tête, jusqu’au jour où j’ai réalisé que les notes de Pierre constituaient la base d’un scénario, que je pouvais compléter et illustrer à partir de ma propre expérience.

In January 2020, I initiated a graphic novel project to relate the shared experience my great-uncle and I lived along the Makalu trail. This graphic story relates adventures from the present and the past, combining the voices of my great-uncle and my own. Original photographs are included in the story, or used as models to reproduce landscapes and characters as accurately as possible.

En Janvier 2020, je me suis lancée dans la réalisation d’un récit en bande dessinée de l’expérience partagée par mon grand-oncle et moi le long des sentiers du Makalu. Ce récit graphique raconte des aventures du passé proche et plus lointain, mêlant ma voix à celle de Pierre Bordet. J’utilise de nombreuses photographies comme support pour dessiner les personnages et paysages de la façon la plus réaliste possible. Certaines de ces photographies seront incluses dans le récit.

I am using traditional graphic novel techniques. Initially, a script defines the content of the story and its subdivision into chapters. Thumbnails illustrate the layout of each page, breaking down the script into panels. Pencilling and inking of final pages are done on Bristol paper. I am using two distinct colours of ink to distinguish the narratives taking place at different times: my great-uncle adventures are drawn in sepia, while black India ink is used to represent my own voice.

J’utilise des techniques de dessin traditionnelles spécifiques à la bande dessinée. Un script définit d’abord le contenu de l’histoire et son organisation en chapitres. Des vignettes illustrent ensuite la mise en page, en transformant le script en cases. Le dessin final au crayon, et ensuite à l’encre, est réalisé à la plume sur du papier à dessin. J’utilise deux couleurs d’encre afin de distinguer les deux temps et deux voix du récit : l’encre sépia représente les aventures de Pierre Bordet dans les années 50, tandis que j’utilise l’encre noire pour raconter mon histoire.

The question of the langage / La question de la langue

I am currently working on an English version of the story. As a bilingual author, the choice of the language is raising a lot of questions. Pierre Bordet’s notes are in French, however, several of the dialogues he had with Sherpas are in English. Similarly, my own experience in Nepal was exclusively in English, both with locals and other tourists. After 10 years living on the west coast of Canada, dominantly anglophone, I can think and speak as easily in French or English. For these reasons, it was natural for me to start writing the script in English. However, I am planning to release a French version eventually, to honor the native language of the main character of this story, and despite all the translation challenges this will generate.

Je travaille en ce moment sur une version du récit en anglais. En tant qu’autrice bilingue, le choix de la langue n’a pas été simple. Les notes de Pierre Bordet sont en français, cependant il retranscrit de nombreux dialogues en anglais, notamment avec les Sherpas. Mon expérience au Népal s’est aussi faite exclusivement en anglais, aussi bien avec les locaux qu’avec les autres touristes. Après plus de 10 ans à vivre sur la côte ouest canadienne, majoritairement anglophone, je pense et parle de façon interchangeable en anglais ou en français. Pour toutes ces raisons, j’ai commencé naturellement à écrire le script de cette bande dessinée en anglais. Cependant, je planifie de travailler aussi sur une version française, de façon à honorer la langue maternelle du personnage principal de cette histoire, et malgré toutes les difficultés de traduction que cela engendrera.

More info?

I am posting regular updates about this project on my Instagram account (@estherbordetpainting). Do not hesitate to contact me if you have any questions!

Je poste des mises à jour de ce projet régulièrement sur mon compte Instagram (@estherbordetpainting). N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions!